L'histoire du vin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'histoire du vin

Message par beaunois le Jeu 31 Jan - 8:11

Post certe long mais vraiment trés intéréssant a lire , et qui permet d'en apprendre d'avantage sur cette héritage formidable qu'est le Vin

LE MONDE DU VIN


"Histoire du Vin" par Christian BARET



Comment est né le vin !

Voilà un sujet intéressant pour un élément naturel qui, aujourd'hui est certainement l'un des plus connu dans le monde.

D'après ce que l'on sait la 1 ere expérience de l'homme avec
l'alcool se fit avec de la Bière dans les première cité bâtie au
Moyen-Orient, en Mésopotamie et en Egypte.

La vigne existait déjà, mais à l'époque ont passé plus de temps a cultiver les Céréale que la vigne.

Pas plus qu'on ne sait qui à inventé la roue, on ne peut dire qui à commencé à faire du vin.

Dans aucun cas on ne peut parler de découverte car le génie de l'homme n'est pas indispensable à leur principe.

Une pierre ronde peut rouler et, de même, une grappe de vigne
sauvage tombée dans un trou du sol, peut fermenter naturellement et
donner du vin. La vigne n'a donc pas besoin du génie de l'homme pour
faire ce que la nature lui à donné.

Nous connaissons des peuples évolués, comme les Incas par exemple,
qui ne se sont jamais intéressé à la roue. Mais les hommes et le femmes
qui vivaient dans des contrées ou la vigne poussait à l'état sauvage ne
purent manquer de remarquer que le raisin, qui constituait une partie
importante de leur alimentation et dont ils devaient guetter la pousse,
passait parfois en le gouttant, par un état ou il perdait en sucre et
gagnait en force. Déduction donc, le raisin évolué selon l'attention
que les peuples y apporté.

Le vin n'avait pas à être inventé : le raisin était la ou on le
cueillait et déjà on déposait le raisin même pour un temps très court,
dans un récipient capable de retenir son jus.

Il y a eu du raisin, et des hommes pour le cueillir, depuis plus de 2 millions d'année.

Selon la Bible, dans la Genèse, Noé fut le premier vigneron.

Une certaine forme d'accumulation de pépins de raisin, constitue
pour les archéologues, une preuve ou du moins un indice de
l'élaboration du vin par l'homme. Des fouilles menées en Turquie à
Catal hüyük, à Damas en Syrie, à Byblos au Liban ou encore en Jordanie,
ont mis à jour des pépins de raisin vieux de 10000 ans, datant du
Néolithique.

Cependant, les plus anciens pépins de vigne cultivée connus à ce jour proviennent de Géorgie

Et Daté par la méthode du carbone 14, ils remontent à une période de 7000 à 5000 ans avant J.C.

Hé oui cette plante que le monde entier connais et presque, je dis bien presque aussi vieille que le monde.

Si nous devions entrer dans des termes un peu technique et savant, voilà ce que nous pouvons dire sans trop de complexité.

La vigne appartient à une famille de plantes grimpantes,
vigoureuses et ligneuses. Une quarantaine d'espèces, assez proches des
unes des autres ont été classé dans le même genre botanique de VITIS.

Dans le domaine qui nous intéresse plus spécifiquement, nous avons :

VITIS VINIFERA, ou VIGNE à VIN

VITIS RUSPESTRIS qui s'accommode des terrains rocailleux

VITIS RIPARIA que l'on retrouve le long des cours d'eau

Et enfin LA VITIS AESTIVALIS QUI fructifie en été.

Mais dans tout ce lot seul la VITIS VINIFERA possède une teneur en
sucre équivalente à environs un tiers de son volume, ce qui place son
raisin parmi les fruits les plus sucrés. La VITIS VINIFERA est la vigne
que vous voyais tous les jours auprès de chez vous et dans tous les
vignobles de France et de Navarre.

Dans un premier temps, la viticulture se situé dans les pays d'orient ainsi que les pays Grec.

L'origine de la viticulture en GAULE, donc la France, est contesté.
Ceux de l'école dite " Romaine " s'opposent à ceux de l'école "
Celtique ", les premier s'appuie sur des vestiges romains afin de
soutenir classiquement une ascendance gréco-romaine du vignoble Gaulois
et les autres affirment que les celtes furent les 1 er à cultiver la
vigne en Occident.

Ce qui est sur, par contre c'est qu'avant que le vignoble Gaulois
se développe les italiens et les Grecs entre autre, nous vendait leurs
vins a prix d'or. A l'époque , une amphore valait un esclave.

Ont sait que les premier plan de vigne furent planté dans le Bordelais vers 43 après J.C

Le vignoble national n'est donc pas le plus vieux au Monde.

Le temps faisant le Vignoble Français se créer, en Cotes d'or, Alsace, Cotes du Rhône etc..

Mais quel goût pouvait avoir le vin au moyens âge par exemple ?

Ont ne savait pas trop a cet époque comment faire le vin savamment,
ont y mélangé tout les cépage, rouge ou blanc, la couleur pour eux été
souvent secondaire, 20 vendangeurs pour 1 hectare de vigne dans la
journée, ensuite le raisin été foulé dans des baquet ou des cuves de
bois.

A cette époque le producteur de vin attendait que la fermentation
soit achevé pour vendre son vin avant qu'il ne s'aigrisse. Un simple
vigneron ne pouvait écouler, même avec toute sa famille, sa production.
Alors pour ce qui lui resté, après la 1 ere vente, il faisait de la
piquette obtenue par refermentation des marc, additionné d'eau. Il ne
pouvait le conserver.

Pourquoi le vin tourné au vinaigre rapidement au moyen âge ?

La raison est que plusieurs bactérie qu'il contenait ne demandait
que peu d'oxygène pour se multiplier et donner de l'acide acétique,
c'est à dire du vinaigre.

Les fabricant de bouteilles au 16 me siècle ignorait ces fait de
la nature et les bouteilles existantes ne servaient qu'a présenter le
vin tiré du fut

Alors vint la bouteille hermétique bouchée.

Au 18 me siècle son adoption provoqua une révolution dans l'histoire du vin et l'utilisation que nous en avons de nos jours.

Seul les grand propriétaire avait des caves et commençait à
s'intéresser aux diverses raisons que le vin avait d'être bon, moyen ou
pas bon.

Les moine de l'époque avait souvent leurs propres dégustateur,
l'un d'eux, Goeffroy de Waterford laissa au monde ses notes de
dégustation sur le Vernache ou " Vernaccia ", vin d'Italie centrale, et
voici sa description :

" Le vernache est meilleur que le vin grec ou chypriote, 'qu'il
est périlleux de boire en quantité', car sa force est tempéré, il
s'ouvre tendrement quand il arrive dans la bouche, flatte les narines
et réconforte le cerveau, enchante le palais doucement, mais avec force
"

Nous ne sommes pas trop loin de nos analyses d'aujourd'hui même, il y a des similitudes.

En fait on constate que le goût du vin a cette époque pouvait être
sympathique, comme il pouvait être dangereux de le boire, ses goût
et/ou son odeur été souvent marié au souffre et notamment chez les
Allemand ou en 1487 une loi réglementa l'addition de souffre dans le
vin, ont pouvait mettre 16.2 grammes pour 860 litres.

Vous rendez compte, une des première apparition du vin en Gaulle,
fut en 43 après JC dans le Bordelais. Que d'année d'histoires !

Ont se demande comment une région comme la Gironde, dont Bordeaux
et Trèves furent chantées par un poète latin nommé Ausone, auxquelles
les romains avaient apporté viticulture et prospérité, purent rester
romaine ou gauloise c'est selon. Quand ont sait le nombres de fois ou
elle eu à souffrir de diverses invasions barbare. Cela tiens du
miracle.

En 406 envahis par les Goths, en 408 ils furent suivis par les
Vandales, en 414 par les Wisigoths qui s'y fixèrent. Bordeaux se
trouvait sur ce que les romains avaient appelé "la cote saxonne ",
constamment sous la menace d'une incursion pirate.

Tout barbares qu'ils fussent, les nouveaux venus furent
impressionnés par la société gallo-romaine. L'organisation sociale
romaine dura jusqu'à l'arrivée des Franc a la fin du 5 eme siècle, puis
au siècle suivant, cette région fut disputée entre une pléiade de
princes francs et de comte saxon. La situation se compliqua encore plus
au 7 eme siècle a l'arrivé des Gascons.

Vers 630 un nommé Loup, fut le premier duc de Gascogne, pour un
territoire qui s'étendais des Pyrénées à l'estuaire de la Gironde.
L'avance des Sarrasins qui venait d'Espagne mit fin a la 1ere époque
Gascogne et un duc, le duc Eudes fut tué en défendant Bordeaux. Charles
Martel arrêta les Sarrasins a Poitiers en 732, s'emparant par la même
occasion d'une partie de l'Aquitaine. En 763 son fils Pépin le Bref
prend Bordeaux et en 768 Charlemagne édifie un Château, car la
principale menace venait de la mer et les raids de viking, sur la
Dordogne pour en marquer la limite d'une Aquitaine, qu'il érigera
quelques années plus tard en duché avec Bordeaux pour capital, et ce
Château fut construit. A FRONSAC.

Bordeaux soutint trois vagues d'attaques avant de succomber. Au
cours des combats, le duc carolingien fut tué et le chef gascon Sanche
Sanchez se battit jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien de la Burdiglia
romaine. Quand l'archevêque Frotaire alla se réfugier à Poitiers en
870, il laissait derrière lui une ville dévastée.

La viticulture pendant ses année de guerre ne disparue pas
totalement, et les principaux clients était l'Irlande et les Celtes de
l'ouest de l'Angleterre. Cependant entre l'an 870 et 1000 ont ignore
tout de ce que fut l'histoire du vignoble bordelais.

En 1036 la Gascogne fut réunis à l'Aquitaine par un mariage entre
l'héritière du duc Sanchez-guillaume et Eudes d'aquitaine. Guillaume 10
devint Duc d'aquitaine et de Gascogne en 1127.

Le duc contraint de faire un pèlerinage a Compostelle confia sa
fille Aliénor au roi Louis 6 le gros. Le duc trouva la mort en Espagne
et les ennuie pour le Bordelais allaient commencer.

Louis 6 envoya son fils aîné Louis âgé de 16 ans pour épouser Aliénor et sa dot.

Louis 6 mourut peu de temps après et son fils monta sur le trône
sous le nom de Louis 7 le jeune. Il était fort amoureux de sa femme qui
elle n'avait que peu de considération pour lui et beaucoup plus pour
son duché. Après avoir fait 2 filles Louis demanda de faire casser son
mariage et remboursa la dot d'Aliénor.

Et voilà comment de mariage en divorce l'on donne toute une région
et un vignoble aux Anglais. Aliénor épousa Henri de plantagenet duc de
Normandie et comte d'Anjou qui 2 ans plus tard en 1154 devint roi
d'Angleterre sous le nom de Henri 2.
Lui, il ne laissa pas son épouse prendre le pas sur lui, et elle
fut contrainte à une vie monacale après lui avoir donné 8 enfants dont
1 mourut.

Le roi Henri 2 se mit dans les ennuis quand il décida de diviser
son royaume entre ses fils, dont un certain Richard. Aliénor vit dans
cette situation une chance d'exercer son pouvoir sur son duché et
complota avec ses fils contre son mari. Cela entraîna l'Angleterre et
la France dans une guerre dynastique. Henri 2 pardonna à ses fils mais
pas a sa femme qui fut retenue prisonnière en Angleterre jusqu'à la
mort du Roi en 1189.

Richard le fils favoris d'Aliénor, hérita à la fois de
l'Angleterre et de l'aquitaine ou il fit revenir sa mère. L'heure de
Bordeaux avait sonné. Le Roi Richard parti 2 ans pour la 3 eme croisade
ou il acquit son surnom de Cœur de Lion.

Richard fut le premier a adopter le Bordeaux a sa table royal,
d'ailleurs bien qu'il fut roi d'Angleterre, il résidait la plupart du
temps sur le continent et on ne saurait dire qu'il a joué un rôle dans
le développement de la popularité du Bordeaux outre manche, mais auprès
de ses concitoyen le Bordeaux faisait ses conquêtes.
En fait si Dame Aliénor n'avait été aussi volage en changeant de
Mari, jamais les Anglais n'aurais préféré aujourd'hui notre Bordeaux.

En 1224 le Roi de France entrepris de chasser les anglais du Poitou et d'aquitaine.

Les Anglais furent chassés et en 1235 les Bordelais reçurent le
droit perpétuel d'élire leur propre Maire et d'avoir les Anglais comme
meilleurs clients.

Dans tous les grands vins du monde, il n'en existe qu'un auquel on lui reconnaît un inventeur.

Le Champagne.

Il reste toujours associé au nom de Dom Pérignon, moine bénédictin
procureur-cellérier, c'est à dire qu'il devint économe de l'abbaye de
Hautvillers qui fut édifié en 650, en 1668, il avait 29 ans.

Quantité de légende ont circulé à propos de Dom Pérignon. Ont à
dit qu'il était aveugle, qu'il utilisa le premier bouchon de liège et
retrouvait infailliblement en gouttant une simple grappe de raisin le
nom de son vignoble d'origine. Ont lui prête aussi cette célèbre phrase
: je bois des étoiles. Il semblerait que ses anecdote soient due à
l'imagination de Dom Grossard, le dernier cellérier de l'abbaye, qu'il
du quitté lorsque ses bien furent confisqués à la révolution et que ses
archives disparurent.

En 1661 l'abbé Dom Pérignon ordonna de creuser dans la craie une
vaste cave voûtée pouvant contenir 500 barriques. Hautvillers possédait
un vignoble d'une dizaine d'hectares et percevait en raisin les dîmes
de communes comme Ay et Avenay.
La nature de ces dîmes, objets de litiges incessants entre les
paysans et l'abbé, soulève la question fondamentale du style du vin
champenois produit à cette époque. Nous savons qu'il n'était pas
effervescent et que les vignerons cultivaient des cépage rouge, dont le
Pinot noir.

Les désaccords entre les vignerons et l'abbaye venaient de la
méthode du prélèvement de la dîme. Elle était perçue en nature dans le
vignoble même.
Au moment des vendanges, on distribuait les "trentins ", de
larges récipients qui devaient être remplis de la plus grande quantité
de raisin possible grâce au pigeage ; à Ay par exemple, un "trentin "
sur onze revenait en droit à l'abbaye. Les vignerons se plaignaient
qu'en pressant ainsi le raisin dans les trentins, le jus coloré par les
peau, ne leurs permettrais plus de faire le meilleur vin,
traditionnellement blanc.

Dom Pérignon décida de modifier l'organisation des vendanges de
manière à obtenir un vin parfaitement blanc. Il détermina quelles
étaient les meilleurs parcelles et perfectionna les méthodes de travail
afin de préserver les qualités aromatiques du Champagne, de lui donner
une texture soyeuse et de la longueur en bouche. Les règles de l'art,
définie sans doute par Dom Pérignon lui-même, ont été formulé trois ans
après sa mort en 1718 par le Chanoine Godinot. Voici un résumé de son
remarquable traité sur la manière de cultiver la vigne et de faire le
vin en Champagne et ce qu'on peut imiter dans d'autres provinces pour
perfectionner les vin : Premièrement, n'utiliser que du pinot noir.
(ont trouvé aussi dans le vignoble du pinot meunier, gris du pinot
blanc, du chasselas et peut-être du chardonnay).
avatar
beaunois

Masculin
Nombre de messages : 194
Age : 46
Localisation : (21 ) Beaune
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du vin

Message par beaunois le Jeu 31 Jan - 8:15

Suite et fin de cette formidable histoire du Vin

Dom Perignon n'était pas favorable au raisin blanc, notamment parce qu'il encourage la tendance naturelle du vin à refermenter.

Deuxièmement, tailler abondamment la vigne de manière que sa
hauteur ne dépasse pas 90 cm et qu'elle ne donne qu'une petite récolte.

Troisièmement, vendanger avec le maximum de précautions pour que
les grappes restent intactes, attachées à leurs pédoncule, et aussi
froides que possible. Travailler tôt le matin.

Rejeter toute grappe écrasée ou simplement endommagée, les petites grappes étant meilleures

Que les grosses. Disposer des plateaux d'osier dans le vignoble
pour trier la vendange afin d'en éliminer le raisin pourri, les
feuilles et toute matière indésirable. Etendre de l'étoffe humidifiée
sur le raisin exposé au soleil pour le garder frais à tout prix. Si
possible, que le pressoir soit assez proche pour y porter la vendange à
pied. Sinon choisir des mules, moins nerveuses que les chevaux, ou
alors des ânes.

Quatrièmement, ne fouler le raisin et ne permettre sous aucun
prétexte quelque macération que ce soit des peau dans le moût. Un
pressoir efficace et rapide est essentiel (les paysans n'avait donc
aucune chance d'obtenir ce style de vin).

Le raisin doit être pressuré plusieurs fois et vite, le jus de chaque presse étant gardé à part.

La première presse, due simplement au poids propre des poutres du
pressoir, est le " vin de goutte " qui, à lui seul est trop délicat et
manque de corps. Les deux presses suivantes, dénommées " première et
seconde taille ", car le gâteau de raisin doit être taillé et replacé
dans le pressoir, sont de bonne qualité. La quatrième presse, ou vin de
taille, est rarement acceptable. Les presses suivantes, sont des vins
de pressoir, nettement colorés, dont un maître de chai perfectionniste
ne veut pas. Les ouvriers du pressoir étaient absolument épuisés après
avoir travaillé à une cadence inhumaine, jour après jour, pendant trois
semaines ou davantage. C'était une partie du prix a payer pour obtenir
un vin d'une qualité supérieur.

Tous les récit concordent, pour nous décrire l'attention
minutieuse que Dom Pérignon portait à ses raisins. Un journal rapporta
après sa mort que ce religieux qu'on pourrais prendre pour quelques
gourmet ne buvait jamais de vin et en vivait presque que de laitage et
de fruits. Cela expliquerais t'il la finesse de son palais ?

La persévérance de Dom Pérignon porta ses fruits car la ou les
autres vendaient leurs barriques 500 livres, les barriques de
Hautevillers se vendaient entre 800 et 900 livres.

Les vins effervescents furent demandés. Mais la qualité des vins
de Dom Pérignon furent tel qu'adapté à la méthode dite maintenant de
méthode champenoise, surclassa tout le monde. A l'époque les bouteilles
n'étaient pas conçues pour avoir de telle pression avec le gaz,
qu'elles éclatés très fréquemment, pour toute visite de cave, il
fallait mettre un masque en fer sous peine de se voir défigurer et même
tué par l'éclatement des bouteilles. C'est en 1640 que Sir KENELM DIGBY
commença à fabriquer une bouteille d'un verre fumé qui surpassait, en
épaisseur, en poids, en solidité et a un prix de revient tout ce qui
existait jusqu'à lors. Malheureusement Sir Kenelm fut emprisonné comme
royaliste et catholique romain. Ce fut seulement en 1662 que le
parlement lui reconnut la paternité de cette nouvelle bouteille. Les
bouteilles a la manière Anglaise ne furent adopté en Hollande qu'en
1670 et en France en 1707. Il ne restait plus qu'a l'équiper du bouchon
hermétique.

Le perfectionnisme prêché par Dom Pérignon a porté ses fruits, le
Champagne, grâce à lui est devenu un modèle dont tous les vins
prétendant à l'excellence devront ensuite s'inspirer.
avatar
beaunois

Masculin
Nombre de messages : 194
Age : 46
Localisation : (21 ) Beaune
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du vin

Message par Guy de Bourgogne le Dim 3 Fév - 22:49

Le 1er DUC
VALOIS DE BOURGOGNE, PHILIPPE LE HARDI, s’affirme comme un précurseur de la loi sur les
appellations des vins de Bourgogne, avec l’ORDONNANCE DE 1395 : il exige
que « les plants de gamay soient coupés et extirpés dans un mois sous
peine à chacun de 60 sols d’amende ». cette loi rend ainsi hommage aux
vignobles de BEAUNE, DIJON, CHALON et environs.
avatar
Guy de Bourgogne

Masculin
Nombre de messages : 169
Age : 71
Date d'inscription : 01/02/2008

http://danses.discuforum.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du vin

Message par Guy de Bourgogne le Dim 3 Fév - 23:07

En 1467, BEAUNE, capitale de l'Or Rouge,a l'exclusivité du vin de Beaune dans le négoce de la cité et révèle sa réputation internationnale. Le prix de ce vin est le double des autres crus, signe de sa renomée. Le vin de Beaune correspond aux grands crus actuels de Pommard, Volnay et Saint Romain.

En 1536, un Bacchus éclésiastique, ROGER DE COLLERYE, né à Paris, devient prêtre et secrétaire de l'évêque d'Auxerre. Echouant à l'obtention d'une cure, il se console par son élection au titre "d'abbé des fous" de la société facétieuse auxerroise, animatrice réputée des frasques du Carnaval. Il publie la même année un recueil de poèmes valorisants les plaisirs festifs du vin et bientôt, les Confréries vigneronnes adoptent son nom comme emblème d'un homme gai et sans souci.
avatar
Guy de Bourgogne

Masculin
Nombre de messages : 169
Age : 71
Date d'inscription : 01/02/2008

http://danses.discuforum.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du vin

Message par Tets De Goudrian le Lun 4 Fév - 11:10

Wink study
avatar
Tets De Goudrian
Admin

Féminin
Nombre de messages : 1048
Age : 56
Localisation : PROVENCE
Date d'inscription : 13/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du vin

Message par Tets De Goudrian le Mar 19 Fév - 21:47



J'ai trouvé l'étiquette originale!!
avatar
Tets De Goudrian
Admin

Féminin
Nombre de messages : 1048
Age : 56
Localisation : PROVENCE
Date d'inscription : 13/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du vin

Message par Guy de Bourgogne le Mar 19 Fév - 22:03

ail!ail!ail! du vin en bretagne? doit être une bonne petite piquette!
Certainement comme par chez nous le vin de Plombières, fait en tordant les rails de chemin de fer.
avatar
Guy de Bourgogne

Masculin
Nombre de messages : 169
Age : 71
Date d'inscription : 01/02/2008

http://danses.discuforum.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du vin

Message par beaunois le Mer 20 Fév - 13:58

Je vous demande pardon messire GUY de BOURGOGNE !!!!! sachez qu'en pays de loire (territoire d'Anne de Bretagne) et fait un trés bon vin blanc exellent je dirait même
des vins exellent

vignoble des Coteaux-du-Layon est un vignoble du Val-de-Loire qui produit un vin blanc moelleux aux tonalités fruitées. Ce vignoble, classé AOC par le décret du 18 février 1950 (modifié par ceux du 12 février 2003 et du 7 octobre 2003), couvre une superficie de 1200 hectares au sud d'Angers. Les vignes sont plantées à flanc de coteau dans le bassin du Layon.
et encore bien d'autres

Le vignoble des Quarts-de-Chaume est un vignoble du Val-de-Loire qui produit un vin blanc moelleux. Il est classé AOC depuis le décret du 10 août 1954 (modifié par celui du 7 octobre 2003) et couvre une superficie de 40 hectares à l'intérieur de la commune de Rochefort-sur-Loire (département de Maine-et-Loire).Le Quarts-de-Chaume présente une excellente aptitude au vieillissement
(jusqu'à 20 ans, voire plus pour les meilleures bouteilles).

vignoble de Bonnezeaux est un vignoble du Val-de-Loire qui produit un vin français blanc moelleux. Ce vignoble, classé AOC par le décret du 6 novembre 1951 (modifié par celui du 7 octobre 2003), couvre une superficie de 80 hectares dans la commune de Thouarcé (département de Maine-et-Loire) sur la rive droite du Layon
Les vins de Bonnezeaux vieillissent très bien en bouteille, certains pouvant même devenir centenaires.

voila pour votre gouverne !!! il y a pas que les bourguignon qui sachent faire de vin
na !!!
avatar
beaunois

Masculin
Nombre de messages : 194
Age : 46
Localisation : (21 ) Beaune
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du vin

Message par Tets De Goudrian le Mer 20 Fév - 14:44

il y a pas que les bourguignon qui sachent faire de vin
na !!!


Nous aussi les Coteaux de Provence, !!
avatar
Tets De Goudrian
Admin

Féminin
Nombre de messages : 1048
Age : 56
Localisation : PROVENCE
Date d'inscription : 13/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du vin

Message par beaunois le Mer 20 Fév - 15:15

Oui !!!! exacte Tets De Goudrian tu a tous a fait raison , j'avais oublier vous aussi vous savez faire du vin
et toc prend ça !!!! vieux grigou

avatar
beaunois

Masculin
Nombre de messages : 194
Age : 46
Localisation : (21 ) Beaune
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du vin

Message par Tets De Goudrian le Mer 20 Fév - 16:30

Et toc, noble seigneur de Bourgogne Razz

et je parles pas du vin rosé, celui que tu bois comme tu petit lait en été avec les grillades ou à l'apéro Very Happy
avatar
Tets De Goudrian
Admin

Féminin
Nombre de messages : 1048
Age : 56
Localisation : PROVENCE
Date d'inscription : 13/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du vin

Message par beaunois le Mer 20 Fév - 17:13

Ohhhhhhhhhhhh oui un bon rosé pamplemouse frais a l'heure de l'apérot suivit d'une bonne piece de boeuf, saucisse merguez en grillade
avatar
beaunois

Masculin
Nombre de messages : 194
Age : 46
Localisation : (21 ) Beaune
Date d'inscription : 29/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du vin

Message par Tets De Goudrian le Mer 20 Fév - 17:39

un bon rosé pamplemouse f
Rosé-pamplemousse scratch ?? c'est quoi beaunois Question
avatar
Tets De Goudrian
Admin

Féminin
Nombre de messages : 1048
Age : 56
Localisation : PROVENCE
Date d'inscription : 13/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire du vin

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum